The World : Renaissance Index du Forum
The World : Renaissance
Un petit forum de jdr dédié à DotHack, la série.
 
The World : Renaissance Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Coups de coeur ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    The World : Renaissance Index du Forum -> Forum Général -> Le Coin Bibliothèque -> Romans
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
D*S
Membre de la Ligue

Hors ligne

Inscrit le: 21 Juin 2007
Messages: 31
Localisation: Grenoble
Féminin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Jeu 28 Juin - 10:53 (2007)    Sujet du message: Coups de coeur Répondre en citant

Je propose de parler de vos coup de coeur , auteurs ou bouquins Wink
Je suis bien branchée SF, (héroïc) fantasy, donc je vais principalement parler de ces genres là ^^


Commençons par Barjavel… J’ai beaucoup aimé « La nuit des temps » et « Ravages », « Une Rose au Paradis » est pas mal non plus, mais ça m'a moins marquée. Mon préféré est « Le Grand Secret » . C'est l'histoire d'un couple séparé par un extraordinaire événement, lié au fameux secret. L'histoire d'un mystère qui, depuis 1955, a réuni, à l'insu de tous et dans une angoisse commune, par-dessus les oppositions des idéologies et des impérialismes, les chefs des plus grandes nations. C'est ce "grand secret" qui a mis fin à la Guerre Froide, qui a été la cause de l'assassinat de Kennedy, qui rend compréhensible le comportement de De Gaulle en mai 1968, qui a rendu indispensables les voyages de Nixon à Moscou et à Pékin. Il n'a rien à voir avec la guerre ou la bombe H. C'est le secret de la plus grande peur et du plus grand espoir du monde. (Il ne faut pas oublier que c'est un roman :p)


Ensuite, j’ai vraiment accroché à la trilogie de Bordage, « Les guerriers du silence ». Le point de départ est la description de la rapide et inexorable confiscation du pouvoir galactique par les scaythes d'Hyponéros, des créatures non humaines dotées de pouvoirs psychiques inquiétants, provenant d'un monde dont on ne connaît rien, pas même l'emplacement. En parallèle, est racontée l'histoire de plusieurs autres personnages dont on ne sait, au moins au départ, quel sera l'influence sur ce complot. Le premier volume est une véritable réussite, le rythme ne faiblit pas, et l'on suit avec plaisir les intrigues de pouvoir. Les volumes suivants ont une tendance à dériver vers le merveilleux, réduisant un peu l'intérêt global et l'aspect "Space Opera". Il n'en reste pas moins que l'histoire se lit avec grand plaisir. Il y a donc trois livres (pour une trilogie ça semble normal ^^) d'environ 700 pages chacun.


Asimov est un très grand auteur de SF également, son cycle de « Fondation » est terrible, ainsi que celui des « Robots » (ainsi que les nouvelles tournant autour du sujet) et ses fameuses 3 lois de la robotique en ont inspiré plus d’un par la suite… D’ailleurs, j’ai été agréablement surprise par l’adaptation faite dans le film « I Robot ». Même si le film ne casse pas la baraque, c'est assez respectueux du roman d'Asimov.
Synopsis du cycle « Fondation » : dans un très lointain futur, un empire galactique s'est formé qui englobe une bonne partie de la galaxie et regroupe des millions de mondes habités. Sa capitale, Trantor, est une ville unique couvrant une planète entière, près du centre de la galaxie. Au cours du 13e millénaire de l'ère impériale, un homme, Hari Seldon, prédit au moyen d'une science dont il est l'inventeur - la psychohistoire - la chute inéluctable de cet empire et les trente mille ans de barbarie qui lui succèderont. Après cette période, un nouvel empire galactique naîtra. Il annonce également la création d'une fondation où toutes les connaissances seront concentrées, sur une petite planète à l'extrémité de la galaxie. Celle-ci permettra de réduire la durée de l'interrègne entre les deux empires à mille ans.


J'avais aussi dévoré une série assez conséquante en nombre de tomes mais chacun n'est pas trop long, donc ça passe nickel... McCaffrey et son monde de Pern. C’est une série de bouquins vraiment passionnants. Je me rappelle les avoirs lu lors d’un stage à Paris, où j’étais seule au monde (^^)… je lisais un tome par soir, me retenant de commencer le suivant !!
« La ballade de Pern » est composée de nombreux ouvrages (je ne crois pas que ce soit cet ordre exact mais bon) :
Le vol du dragon ; La quête du dragon ; Le dragon blanc ; L'aube des dragons ; La Dame aux dragons ; Histoire de Nerilka ; Le chant du dragon ; La chanteuse-dragon de Pern ; Les tambours de Pern ; Les renégats de Pern ; Tous les Weyrs de Pern ; Les dauphins de Pern
En gros, il s’agit de la difficile mais nécessaire réabilitation des dragons télépathes de Pern (ainsi que des chevaliers-dragons ) devant un danger oublié : les fils tombant comme la pluie (des météorites).
Il y a aussi un recueil, « Les chroniques de Pern » avec notamment La chute des fils qui peut aisément être rattaché à « La ballade de Pern ». Elle a aussi écrit d’autres cycles sans rapport avec le monde de Pern, comme par exemple « Le vol de Pégase » ou « La transe de crystal » et tout une série de nouvelles.


J'aime beaucoup « Le meilleur des Mondes » d'Aldous Huxley, que beaucoup doivent sans doute connaître. C'est vraiment à lire, c’est un bon livre des années 30, un classique. Ce roman met en scène un futur proche où chaque être humain est conditionné dans une pensée précise et une fonction précise. Bien sûr, ils n'ont pas de réflexions qui leur sont propres. Et ils vivent tous dans un pseudo-bonheur dans ce monde qui apparaît comme "parfait". Ce livre est donc une anti-utopie où Huxley montre ce que le monde pourrait devenir. Et en effet, ça reste assez réaliste.
C'était à son époque une sorte d'utopie contre le rêve nazie qui voulait un monde parfait où les personnes les plus parfaites serai à la tête du pouvoir ... Critiquant au passage le travail à la chaîne transformant les hommes en machines etc. L'auteur est assez convaincant quant aux conséquences d'un monde où tout serait identique, classé etc.
Il y aussi "Retour au meilleur des mondes", sorti une 30taine d'années plus tard, qui n'est plus un roman mais une réflexion de l'auteur sur son 1er bouquin et la dérive du monde moderne actuel... C'est forcément moins évident à lire, faut aimer les livres "sérieux", disons philosophiques ?
Pour vous donner une idée, voici le sommaire :
I. - Surpopulation
I. - Quantité, Qualité, Moralité
III. - Excès d'organisation
IV. - La propagande dans une société démocratique
V. - La propagande dans une dictature
VI. - Comment convaincre le client
VII. - Le lavage de cerveau
VIII. - Persuasion chimique
IX. - Persuasion subconsciente
X. - Hypnopédie
XI. - Être instruit pour être libre
XII. - Que faire ?

Et voici un extrait : (c'est le début en fait)
En 1931, alors que j'écrivais Le Meilleur des Mondes, j'étais convaincu que le temps ne pressait pas encore. La société intégralement organisée, le système scientifique des castes, l'abolition du libre arbitre par conditionnement méthodique, la servitude rendue tolérable par des doses régulières de bonheur chimiquement provoqué, les dogmes orthodoxes enfoncés dans les cervelles pendant le sommeil au moyen des cours de nuit, tout cela approchait ; se réaliserait bien sûr, mais ni de mon vivant, ni même du vivant de mes petits-enfants. J'ai oublié la date exacte des événements rapportés dans ma fable, mais c'était vers le sixième ou- septième siècle après F. (après Ford). Nous qui vivions dans le deuxième quart du vingtième siècle après J.-C., nous habitions un univers assez macabre certes, mais enfin le cauchemar de ces années de dépression était radicalement différent de celui, tout futur, décrit dans mon roman. Notre monde était torturé par l'anarchie, le leur, au septième siècle après F., par un excès d'ordre. Le passage de cet extrême à l'autre demanderait du temps, beaucoup de temps à ce que je croyais, ce qui permettrait à un tiers privilégié de la race humaine de tirer le meilleur parti des deux systèmes : celui du libéralisme désordonné et celui du meilleur des mondes, beaucoup trop ordonné, dans lequel l'efficacité parfaite ne laissait place ni à la liberté ni à l'initiative personnelle.
Vingt-sept ans plus tard, dans ce troisième quart du vingtième siècle après J-C. et bien longtemps avant la fin du premier siècle après F., je suis beaucoup moins optimiste que je l'étais en écrivant Le Meilleur des Mondes. Les prophéties faites en 1931 se réalisent bien plus tôt que je le pensais. L'intervalle béni entre trop de désordre et trop d'ordre n'a pas commencé et rien n'indique qu'il le fera jamais. En Occident, il est vrai, hommes et femmes jouissent encore dans une appréciable mesure de la liberté individuelle, mais même dans les pays qui ont une longue tradition de gouvernement démocratique cette liberté, voire le désir de la posséder, paraissent en déclin. Dans le reste du monde, elle a déjà disparu, ou elle est sur le point de le faire. Le cauchemar de l'organisation intégrale que j'avais situé dans le septième siècle après F. a surgi de lointains dont l'éloignement rassurait et nous guette maintenant au premier tournant.

Et pour ceux que ça intéresse, on le trouve en ligne à cette adresse :
http://sami.is.free.fr/Oeuvres/huxley_retour_au_meilleur_des_mondes.html


Enfin, je vais finir par un auteur que j'apprécie également, Anne Rice, avec ces deux trilogies des Vampires et des Sorcières. Ces deux cycles sont à lire, ça restitue magnifiquement cette ambiance charnelle que peuvent donner les vampires et les êtres « spéciaux » dans notre imaginaire collectif. Ce n’est pas vraiment de la SF mais plus de l’horreur… Rien de gore, c’est plutôt une ambiance…
Pour vous faire une idée, vous pouvez regarder l’adaptation cinématographique d’ « Entretien avec un Vampire ». Par contre évitez la Reine des Damnées qui n'est même pas une adaptation, cela n'en mérite pas le titre. Ce n'est malheureusement qu'un beau navet... Lestat est absolument formidables en vampire qui se fait réveiller par le rock. Et tous les personnages sont attachants, car ils essayent de se dépatouiller dans un monde humain où ils ne le sont plus vraiment.
La trilogie des sorcières d' Anne Rice est terrible aussi. Je me rappelle avoir balisé comme une malade au début, quand on ne sait pas ce qu'est cette "personne" qui tourne autour de la famille de sorcières, le mystérieux et quelque peu maléfique Lasher...
Cette saga des sorcière raconte l'histoire et la légende des Mayfair. Dans cette famille, depuis des millénaires, une sorcière naît à chaque génération. De femme en femme, la descendante hérite des dons de sorcellerie, mais aussi d'un lien bien étrange avec le fameux Lasher, pour le meilleur, mais surtout pour le pire… Des siècles durant, les sorcières de la famille Maqfair ont dû lutter pour survivre et fuir les persécutions. Aujourd'hui, elles vivent en paix à La Nouvelle-Orléans. Pour le moment…
_________________
Savoir, c'est vivre, et maintenir dans l'ignorance, c'est presque un homicide.

Arya by Pit
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 28 Juin - 10:53 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    The World : Renaissance Index du Forum -> Forum Général -> Le Coin Bibliothèque -> Romans Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
WorkStation[fusion] © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com